REVUES DE PRESSE

​SOYEZ VOUS-MÊME

lire les articles en entier

Extraits :

Ramassé, original, percutant, méchant. [...] Une vraie réussite.
Le Canard enchaîné / JP PORQUET

 

Côme de Bellescize pousse l'investigation jusqu'à un sado-masochisme cocasse et drôle. Les deux comédiennes sont toutes deux excellentes.

Télérama / Sylviane Bernard-Gresh / TT

« Elles sont deux sur la scène et autant dire qu’elles embarquent le public haut la main dans un hallucinant entretien d’embauche.. » 

Stéphane Pajot / Le Maine Libre

 

Côme de Bellescize donne force et pertinence à cette pièce qui navigue entre humour et sadisme, provocation et torture mentale, portée par deux jeunes actrices pétries de talent.
Marianne / Jack Dion

 

Sous le rire, c’est une autre farce qui pointe, celle d’une société qui décervelle.

L’humanité / Gérald Rossi

« Parfois drôle, parfois cynique, la pièce de théâtre parvient à chambouler le spectateur. »

Florence Lambert / Ouest-France

 

On rit le plus fort possible pour ne pas pleurer devant cette analyse si cinglante de la vérité

Théâtral magazine / Hadrien Volle

 

Cette réussite fait réfléchir, mais surtout donne une très belle leçon de théâtre, où la maîtrise du travail des comédiennes, du metteur en scène et des lumières est totale.

​​Sortir à Paris

 

L’intelligence de cette proposition est à lire entre les lignes, là où elle interroge la société de l’apparence tout entière et le désir de perfection qui nous possède

I/O gazette

EUGÉNIE

Lire les articles entiers : Dossier de presse - Dossier de presse Théâtre du Rond-Point

​Extraits :

 

« Sur cette problématique un rien casse gueule, Côme de Bellescize signe une pièce aussi délicate que drôle, une pièce où la pertinence du propos est renforcée par une grande intelligence de jeu, avec des acteurs explosifs. »

Marianne / Jack Dion - lien

« Des projections infantiles qui hérissent l'épiderme, remuent profondément grâce à une mise en scène inventive, poétique et drôle, servie par d'excellents comédiens, qui a dans le ventre ce pouvoir de l'imaginaire de croire à la création, à l'avenir toujours à venir… »

lemonde.fr / Evelyn Tran - lien

 

« La gravité du propos peut tétaniser : c'est un spectacle qui heurte, blesse, ne peut laisser indifférent. Mais tel quel, et par son dérangeant propos, par l'intelligence de sa construction, par son inventivité théâtrale, ce spectacle mérite largement d'être découvert. »

Le quotidien du médecin / Armelle Héliot

« Ce texte porté par quatre comédiens éblouissants nous sensibilise avec force sur le thème de la venue au monde d’un enfant handicapé. Ce spectacle intense et fort constitue un coup de cœur unanime de notre rédaction. »

Theatres.com - lien

« Le regard porté par le dramaturge possède une acuité et une véracité déconcertante : il ne juge jamais mais essaye de décortiquer les façons de se sortir d’un tel dilemme. Entre vénération et rejet, attente et pensées infanticides, les sentiments s’entrechoquent et brouillent les pistes. »

hier au théâtre - lien

 

 

AMÉDÉE

Lire les articles en entier : La Tempête - Théâtre 13

Extraits :

« Tous les interprètes sont sur le fil de leurs partitions. Ils sont profonds et déliés, engagés de toutes leurs fibres. Et eux, en première ligne, ils nous permettent de demeurer au théâtre. C'est du jeu, pas autre chose d'abord que du théâtre. Et la mise en scène, comme la construction, le découpage, l'utilisation de l'espace, tout est très convaincant. C'est très fort. Cela passionnera les personnes engagées dans la réflexion sur ces questions très graves. Mais cela comble aussi le goût du théâtre. »

Armelle Héliot / Le Figaro

 

 

« Un monde où les contraires se côtoient, où onirisme et vulgarité participent d’une même poésie de l’empêchement. Un cauchemar qui parle d’amour et de mort, d’amitié et de haine avec délicatesse et, surtout, sans pathos. C’est là la grande réussite de Côme de Bellescize, qui, grâce à sa dramaturgie tout en fragments, parvient à dire la complexité d’une âme prisonnière d’un corps pétrifié. Interprétés par des comédiens maîtrisant à la perfection le tragicomique . »

Anaïs Heluin / Politis

 

 

« le spectacle de Côme de Bellescize est rempli d’une espiègle finesse. Inutile de dire que cette distance à la fois formelle et intellectuelle fait tout simplement la force et l’originalité du spectacle. Amédée joue tout simplement son rôle de représentation, c’est-à-dire d’œuvre d’art qui donne à voir et à penser, mais sans jamais vous prendre en otage. »

Judith SIBONY / Le Monde.fr

 

LES ENFANTS DU SOLEIL

« La réussite de la pièce tient à ce mélange subtil de comique dans le tragique. Côme de Bellescize signe une mise en scène de qualité. L’utilisation de panneaux de Plexiglas modulables et astucieuse. Outre l’aspect esthétique, ils enferment dans leur bulle chacun des personnages, loin des tensions sociales, rumeurs de pandémie… La pièce de Gorki renvoie dans notre actualité un troublant reflet. Une atemporalité significativement renforcée par la brillante traduction d’André Markowicz. Sur scène les comédiens du Théâtre du Fracas ne ménagent pas leur peine dans leur jeu drôle et triste à la fois. Avec subtilité et acuité, ils prolongent les mots de Gorki pour sonder les abîmes de la psychologie humaine. »

Pariscope – Novembre 2009

 

 

« Du théâtre exigeant et humaniste. Interprétation, scénographie et mise en scène sont à l’unisson dans ce spectacle plein d’ambition et de ferveur. »

L’Express – Novembre 2009

 

 

« Côme de Bellescize monte très bien cette belle pièce de Gorki. L’essentiel est là : on y croit, on est avec les personnages, on souffre et on rit avec eux. Un vrai plaisir de théâtre. »

Figaroscope – Novembre 2009

 

« Le jeu des comédiens tendu et exacerbé, tire parfois sur le burlesque et met dans une distance critique et amusée ce groupe d’intellos qui ne voient rien venir sauf les virus. Un spectacle plein d’énergie et assez audacieux, servi par une jeune troupe homogène. »

Télérama TT – Novembre 2009

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus